Agrandir l'image

MCLN-MRL-2018-12-04 Madagascar

Maurice fera un inventaire des violences quotidiennes de la France ; faites de dégradations, vols, tabassage et menaces de morts.Matt expliquera sa vie d’expatrié aux Etats-Unis et son nouveau métier : Taxi de luxeL’interrogation portera sur la responsabilité citoyenne, notamment lors de réparation des biens publics après les exactions et autres saccagesIl sera abordé l’affaire Abdel de Nanterre, dans laquelle un ancien intervenant de Maurice Radio Libre se serait fait passé pour quelqu’un d’autre pour apporter un témoignage biaisé sur l’antenne de la radio RMC.Camille saura trouver les mots à utiliser au lendemain des manifestations sauvages : elle nous racontera sa ballade ; ses errements ; dans les rues d’un Paris méconnaissable.Elle nous fera partager sa stupeur, en soulignant que l’extrême droite à fait la courte échelle à l’extrême gauche ; et que tout cela ravivait les vieilles odeurs d’un national-socialisme : le danger deviendrait plus que jamais palpable ; réel ; et ne serait plus fantasque.Elle fera un parallèle dangereux puisqu’elle rappellera que dans l’histoire ; la république Française peut vite basculer ; car « l’organisation d’état » peut être contrôlée par d’autres ; aisément ; comme lors de la France de Vichy en son temps.Un arrêt et un constat sera fait sur les éléments qui ont permis à la violence de s’exprimer et de se propager : Jacline Mouraud, Médias Français ; réseaux sociaux.Arnaud qui sera encore une fois séduit par la voix de Camille aura besoin qu’elle prenne le temps de faire une mise au point.Même si chacun des intervenants s’intéresseront à désigner les coupables et à esquisser quelques solutions imaginaires ; Camille voudra faire l’éloge de ce qu’il lui semble fonctionner aujourd’hui dans la république :L’impôt ; est répartie correctement quoi qu’on en dise .Personne ne meurt de faim ; au sens propre ; en France ;Il faudrait réformer l’enseignement de l’économie dans l’éducation nationale ;Interdire toute forme de syndication dans l’éducation nationale ;Délivrer des chèques citoyens pour que les écoles publiques ne puissent être différencié  ou se détacher d’un même projet national d’éducation.

Sam,

2,50 €